Chaque année, c’est la même chose.

La rentrée.

La rentrée, à ce qu’on en dit depuis quelques semaines, c’est LE moment idoine pour tout changer. Tout recommencer. Tout oser? Tout, ou presque? Car finalement, tous les ans, c’est la même rengaine. A croire qu’au bout du compte, on ne change pas grand chose (ou alors, on s’y prend vraiment n’importe comment). Cette réflexion me renvoie à l’éternel recommencement de nos insignifiantes petites existences.

ah les vacances!

Il va falloir faire le point, vider les placards, trier les photos. A ce qu’il paraît, c’est bon pour le moral. Un peu comme le matin du 1er janvier, où les bonnes résolutions sonnent le glas de la fin des souffrances pour les célibataires endurcis, les rêveurs attardés, les chômeurs (c’est mon article). Et puis c’est surtout un concept super intéressant: on rentre. Ah, mais moi je ne suis pas partie (« I’ll never leave you », qu’elle disait). Enfin bref. Admettons, tout le monde rentre, et moi aussi. Et bien c’est à ce moment là qu’on se dit: vivement l’été prochain! La voisine nous rabâche déjà les oreilles d’un grinçant refrain: « ça s’est rafraîchit, bientôt l’automne ». C’est décidé: à présent, avant de sortir les poubelles, je check le palier. C’est vrai ça, tiens. Je me disais que l’immeuble était particulièrement calme ces derniers temps (apparemment, seuls mes voisins, dont le salon est au dessus de ma chambre, ont choisi de ne pas partir cette année).

La rentrée donc, que je rebaptiserai ici « Le come back », c’est ça:

– Faire un update sur tes potes Facebook qui se sont mariés et qui ont changé de nom.

– Faire le point sur tes potes Facebook qui ne se sont pas mariés, mais qui ont quand même décidé de changer de nom (quand on a 3 amis, ça va, mais ça peut vite prendre des airs de chasse à l’homme, ce petit jeu).

– Tenter de caser, avant qu’il fasse froid et moche, toutes les choses que l’on n’a pas eu le temps de faire cet été (Gorges de l’Ardèche, dîner chez tonton Denis, weekend camping sauvage avec les copains, barbecues à foison)

– Chouette, bientôt on pourra poster des photos de nos Moonboots sur les réseaux sociaux.

– L’avantage de ne pas être parti en vacances, c’est qu’on n’a pas 300 mails à ingurgiter en même temps que le café pas bon du distributeur, entre deux réunions (enfin un avantage à être au chômage)

– Soulagement extrême: le petit con qui a joué de la flute à bec pendant deux mois sous mes fenêtres a fait sa rentrée, lui aussi (pourvu que ses parents ne l’aient pas inscrit à la batterie)

– Enfin une bonne excuse pour ne pas avoir le temps de faire le repassage (s’il en faut une)

– Point positif: on va enfin pouvoir aller faire du surf sur des vagues de plus de 20 cm.

– Point négatif: on va enfin pouvoir aller faire du surf dans une eau à 8°C.

– Il va falloir s’organiser pour prendre le métro en dehors des heures de pointe.

– Prendre conscience que « Oui Madame, acheter un tout nouveau maillot de bain le 25 août, c’était bel et bien de l’achat compulsif »

En septembre, mangez du Gingembre.

Publicités

Publié le 12 septembre 2013, dans lifestyle, people, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Je commente!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :