Petite réflexion sur…la presse féminine

Aujourd’hui, je m’interroge. L’acte d’écriture représentant avant tout un élan libérateur, je saisis ma chance pour ma catharsis de la semaine.

A en croire les couvertures de magazines féminins qui jonchent les étales très sélectives des kiosques, la femme moderne se doit de suivre (et ce en toutes circonstances) les astuces et conseils allègrement mis en avant à coup de police XXL, sous peine de finir à 25 ans dans la catégorie des ratées.

En langage littéraire, « raté » se définit très simplement comme le fait d' »avoir échoué dans ses ambitions », et désigne – si l’on ose pousser le raisonnement – « toute personne n’ayant pas réussi dans sa vie professionnelle et/ou personnelle ». Autant vous dire, Mesdames, que si les dernières crèmes amincissantes et antirides vous sont encore inconnues: il est grand temps de vous mettre à la page, si vous ne voulez pas avoir raté votre vie!

Une question s’impose alors à moi: a-t-on raté sa vie si l’on n’a pas suivi les conseils mode et tendance d’un Glamour ou d’un Cosmopolitain? Fausse question, me direz-vous. Et bien, pas si fausse qu’elle n’en a l’air. En effet, tout le pouvoir des magazines féminins réside bel et bien dans le pouvoir sournois qu’ils ont à anéantir tout jugement éclairé.

4  7

mag-1 mag-2

La lectrice guillerette qui vient tout juste d’ouvrir son magazine finira rapidement avachie au fond de son siège classe économique, le regard vitreux fixant au loin les vaches qui broutent paisiblement. La torture est en marche, et c’est à la ronde des questions existentielles de faire son entrée sur le tapis rouge du TGV (qui est d’ailleurs gris et tâché): découvert bancaire, doute sur la fidélité de son compagnon, prise de conscience de sa taille 42. C’est donc meurtrie et rongée par la honte que notre lectrice se jurera qu’on ne l’y reprendra plus…jusqu’au prochain Paris-Marseille.

A y regarder de plus près, tout ce qui est « nouveau » est forcément « mieux », induisant donc la conclusion suivante: consommez mesdames, et plus vite que cela! Un frisson m’envahit.

Cependant, j’entrevois une lueur d’espoir en lisant le titre « polémique »: enfin la question du droit de l’enfant au coeur du débat sur le mariage pour tous va être abordée! Ou peut-être va-t-on éplucher le cas Cahuzac! Mon optimisme sera vite déçu. A en croire Glamour, ce mois-ci la gente féminine s’interroge très sérieusement sur la « polémique: j’ai fait un bébé comme cadeau de rupture ». Le frisson fait place au soupir.

J’ai donc percé, sous vos yeux ébahis, le mystère de ce qui fait la force des Glamoupolitains: proposer un contenu « up to date », visant à s’interroger sur des problématiques réelles… La raison du succès de ces concentrés de féminité résiderait donc dans le choix extrêmement fin et rigoureux des sujets proposés.

Ouf, j’ai presque cru que l’on prenait les femmes pour des idiotes!

Publicités

Publié le 29 avril 2013, dans Non classé, people, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Pour aller plus loin et au-delà du clivage presse féminine/masculine, ce qui me choque pour ma part, c’est que les gens payent pour offrir du temps de cerveau disponible aux annonceurs de ces ramassis d’idiotie…Oui, la moitié du magasine est de la pub, l’autre, des louanges pour ces produits. Pour ma part, j’essaye de pratiquer la triple grève!

    http://www.syti.net/TripleGreve.html

Je commente!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :